[Rassemblement de rolistes francophones sur TESO jouant sur des règles/bases communes.]


    [Auberge] Une lettre de réclamation.

    Partagez
    avatar
    Evandril

    Pj n°1 : - Corrick Malicorne
    - Nash gro-Maknok
    . . : 100 . . : moyenne

    [Auberge] Une lettre de réclamation.

    Message par Evandril le Mar 1 Déc - 3:21

    Un messager portant les couleurs de la Maison Malicorne pénétra au sein de l'établissement. Il semblait relativement pressé. Les consignes données lui furent très claires; la lettre ne devait parvenir qu'au gérant lui-même, en mains propres. Le jeune maître avait bien précisé qu'il s'agissait d'un Orque que l'on connaissait sous l'étrange sobriquet de "Du-dul". Le serviteur accomplit donc sa tâche très rigoureusement, en remettant le parchemin cacheté de cire à l'Orsimer en question.

    A l'intention du gérant.:


    Monsieur le gérant,

    Je vous adresse ce message dans le but de vous faire part de mon ressenti, quant à l'accueil que j'ai reçu ce soir, à la taverne de la Lie Embrumée. Bien que très cordiale, votre serveuse m'a clairement mis mal à l'aise, en refusant de consommer en ma compagnie. Dans mon extrême générosité, j'aurais bien sûr tout réglé. Mon bon cœur m'interdisant de la moraliser, j'ai mis cette attitude sur le compte de la jeunesse et de la naïveté. Imaginez la gêne qui m'a alors traversé l'échine lorsque j'ai appris que vous la menaciez de la renvoyer si elle ingurgitait quelque substance alcoolisée que ce soit. Cela peut évidemment se comprendre vu son âge encore peu avancé, et votre instinct paternel vous honore. Toutefois, en bon gérant connaisseur des usages et des coutumes, il aurait été préférable de lui préciser que cela ne se refuse pas à un homme de mon rang et qu'il existe donc une exception à toute chose. Heureusement, l'une de vos cliente a eu le bon sens de me sortir de cette contrariété. J'espère ne pas avoir été trop exigeant en lui demandant de fredonner quelques notes. Compétence qu'elle ne détenait guère plus que la danse, à mon grand regret. Je reviendrai, car je décèle une atmosphère pleine de potentiel. J'espère alors qu'à ce moment là, je serai traité avec la déférence qui m'est due et que le vin soit autrement que "passable". Il en va de l'intérêt de notre future et sincère amitié.

    Très cordialement,
    Corrick Malicorne.  

    Si l'Orque souhaitait répondre, il ne restait plus qu'à renvoyer le coursier qui se tenait toujours face à lui.
    avatar
    Elfrid

    Joueur : @Elfrid2814

    Pj n°1 : Yasia Kelter
    . . : 440 . . : aisée

    . . : Capitaine d'une frégate marchande

    Pj n°2 : Phoebus Ueno
    . . : 100 . . : populaire

    Re: [Auberge] Une lettre de réclamation.

    Message par Elfrid le Mar 1 Déc - 10:36

    * L'orque aura... longuement lu et relut la lettre, le coursier pourra sans mal comprendre que le gérant à quelques difficultés avec la lecture.
    Puis, il aura rit, beaucoup rit... Avant de finalement demander au coursier d'attendre 2 heures, lui indiquant que la " bonne blague " serait transmise au proprio directement.
    Bien sur, " Du-dul " offrira au coursier un repas chaud et une chope pour le faire patienter.


    Deux heures plus tard, l'Orque revint avec un parchemin, proprement scellé d'un sceau de cire noir en déclarant ceci :

    " Tient, t'diras à ton patron qu'c'est la réponse directe du proprio, vu qu'visiblement, faut traiter en prince... "


    Le coursier reviendra donc - certes un peu moins vite, le repas étant bien copieux - avec la lettre suivante : *




    à l'intention de Sir Malicorne:


    * L'écriture est d'un italique fin et délicat, écrit à la plume par une personne visiblement de haute éducation. *


    " Sir Malicorne,



    Sachez que j'ai bien prit connaissance de votre lettre, transmise par mon actuel gérant, le sieur Gramor. Néanmoins, encore à l'heure ou j'écris ses lignes, je tente de comprendre l'intérêt de votre missive, dans laquelle vous avez semble t'il passer quelque espoir d'une justice malvenue.

    Certes, vous semblez n'avoir pu comblez vos besoins primaires en compagnie de notre jeune serveuse mineur et, j'en suis désolé pour vous.
    Sachez cependant que l'ouverture prochaine d'un boudoir vous sera proposé et que nos hôtesses ce feront une joie de venir boire en votre compagnie si la solitude dont vous semblez être atteint vous pèse trop.
    Je ne serais que trop vous rappeler cependant, que l'emploi de modeste serveuse n'inclut en rien l'obligation ou le "devoir" de tenir compagnie à autrui, qu'importe la hauteur de votre "supposé rang", qui d'ailleurs, ne semble s'élever qu'au ras du gazon.
    Ceci Sir, c'est le rôle d'un chien, mais je ne vous ferais pas l'offense de vous conseillez quelques éleveurs que se soit.

    Je gage de votre sincère respect envers notre établissement, mais sachez, également qu'avec tout le respect que je peux vous devoir; la prochaine fois que vous tentez de contraindre l'un de mes employés à quoi que ce soit contre leur volonté ou contre leur obligation de travail, j'en ferais part à la garde.
    Quand aux vins de notre carte, sachez qu'un vélin des consommations est disponible au comptoir. Encore faut-il le demander bien-sur.
    L'ensemble de nos vins est rigoureusement sélectionnés par mes soins auprès des plus grands vignerons de notre beau pays, mais faut-il savoir encore apprécier les choses rares.
    Je ne serais que trop vous suggérez le millésime de la maison " la Cuvée du Patron " un vin rouge à la robe et à la tenue rare, récupéré dans le vignoble le plus réputer de l'Alliance.
    Je vous rappellerais pour finir, que notre établissement ce veut respectable et ouvert à la bourse de chacun pauvre ou riche, n'attendait pas de nous le moindre traitement de faveur dut à votre naissance. Vous êtes et rester un client parmi les autres.
    Il en va de l'intérêt de votre futur et sincère accès à l'auberge.



    En espérant vous revoir prochainement au sein de notre belle établissement,
    Cordialement,
    Le propriétaire de la Lie Embrumée. "


      La date/heure actuelle est Jeu 27 Juil - 18:28