[Rassemblement de rolistes francophones sur TESO jouant sur des règles/bases communes.]


    [Archive] Chroniques d'un Templier

    Partagez
    avatar
    Estebrand

    Joueur : @Estebrand

    Pj n°1 : Estebrand Thyssen
    . . : 205 . . : populaire

    . . : Templier de Stendarr

    [Archive] Chroniques d'un Templier

    Message par Estebrand le Jeu 17 Déc - 15:23





    Ici sont couchées les différentes pensés, réflexions et mémoires d'Estebrand, un Templier de Stendarr. Ou comment sa sainte quête l'amène à s'interroger sur ses actes, à mesure qu'il les perpètre. 
    Des pages de son carnet de route seront très certainement retrouvées et rangées ici, pour les plus anciennes. De nouvelles détailleront probablement ce qui aura pu lui passer par la tête au fil de ses différentes missions aux abords de Haltevoie. 
    * * * * *


    Morndas 12 Primétoile - Sentinelle

    Cantique de Stendarr.
    Le Miséricordieux est ma Lumière: je ne manquerai de rien.

    Il me fait reposer dans de verts pâturages,
    Il me dirige près des eaux paisibles.

    Il restaure mon âme et mon corps,
    Il me conduit dans les sentiers de la Justice,
    A cause de son nom.

    Lorsque je marche aux frontières du royaume de l'Ombre et de la Mort,
    Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta Lumière me rassure.

    Tu immoles mes pas d'un feu sacré,
    En face de mes adversaires;
    Tu oins d'huile ma tête,
    Et la coupe déborde.

    Le bonheur et la bravoure m'accompagneront
    Tous les jours de ma vie,
    Et j'habiterai dans la maison du Miséricordieux
    Jusqu'à la fin de mes jours.





    Voilà une semaine que dure la traque. Une semaine qu’un maigre fil de lumière poursuit ardemment cette orbe qui appartient au Mal, le Kynval du désert. C’est par la main vengeresse du très saint Ordre, que la créature impie s’est vu infliger une prime défaite, avant d’opter pour la couardise et la reddition. Ainsi, nous nous séparâmes dans l’honorable but d’achever cette mission au nom du très Miséricordieux, scellant le destin du démon par la pointe de nos lances solaires. J’ai pourchassé l’impie jusqu’à Santaki, mais sur ordre de la mesnie, j’ai finalement rallié Sentinelle à temps pour la célèbre fête d’Ovank’a, en l’honneur du vénérable Stendarr.

    La Croisade du Paladin de Stendarr n’est guère aisée, et elle l’est bien moins sous un soleil cuisant, martelant sans relâche un sable brûlant. Mais tels que la Lumière et le Soleil sont nos armes, nous ne craignons point d’endurer leur poids.

    C'est usé, mais nonobstant empli de la foi en nos pieuses actions que je passais les immenses portes de la cité rougegarde. Sa grande allée centrale était cernée de part et d'autre d'une myriade de caravanes et autres établis arborant des produits issus de l'artisanat local. De longues lames courbes, des rondaches ornées, mais également des turbans, des robes à motifs, des tapis et des épices à profusion.

    La quiétude était emprunte sur le visage de chaque passant. Même les miséreux se sentaient en sécurité derrière ses épais murs albâtres. C'est vers ceux là que je me dirigeai en premier. Car comme Stendarr le commande, « Allez parmi les infirmes et les blessés partout où vous les trouverez. »
    La plupart étaient des bonnes gens, frappées par la violence des combats, plus à l'est. Des pères inaptes au labeur suite à une blessure, qui ne parvenaient guère plus à nourrir les leurs. Des enfants estropiés. Des femmes malades.
    Je n'avais guère à leur offrir, mais je partageai mon pain, et dans leurs visages illuminés par un simple geste, je vis la grâce du Miséricordieux.

    Malgré tout, l’échec précédent, dans la traque du kynval, me préoccupait. Je ne parvenais à chasser de mon esprit le souvenir de ce dremora, si proche de ma lame incandescente, qui parvenait pourtant à se dérober au jugement. Qui savait quel mal il pourrait bien encore perpétrer ?

    La fête d'Ovank'a se déroula sans embûches, au cœur d'une nuit fraîche et venteuse où l'on allumait de grands feux de joie, priant Stendarr pour sa charité et sa bienveillance. À l'heure où je couche ces lignes, il me tarde de repartir en quête pour l'Ordre.



    * * * * *

    Sundas 8 Clairciel - Hauteroche

    Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des impies,
    Qui ne s'arrête pas sur la voie des profanes,
    Et qui ne s'assied pas en compagnie des damnés,

    Mais qui trouve son plaisir dans la loi du Miséricordieux,
    Et qui la médite jour et nuit!

    Il est comme un arbre planté près d'un courant d'eau,
    Qui donne son fruit en sa saison,
    Et dont le feuillage ne se flétrit point:
    Tout ce qu'il fait lui réussit.

    Il n'en est pas ainsi des Abominations:
    Ils sont comme la paille que le vent dissipe.

    C'est pourquoi les Abominations ne résistent pas à la Lumière du Jugement,
    Ni leurs féaux dans l'assemblée des justes;

    Car Stendarr connaît la voie des justes,
    Et la voie des Abominations mène à la ruine.






    Aujourd'hui, la Lumière est venue à bout de la pestilence. Le Seigneur décharné, le Prince Péryite a laissé déferler sur la Brétonie ses sbires impures. Nous fûmes bien heureux de voir l'Ordre localiser la cache de ces abominables. Je fus donc désigné par les miens, comme le porteur du bouclier des faibles, face à cette oppressante menace. C'est non sans mal que je vins à bout de ces goules putrides, mais jamais je ne doutai de la présence de Stendarr à mes côtés. Aussi, au plus profond de moi je savais que ces pourceaux de daedra ne pourraient surpasser la cause des justes.

    J'en eu occis moult, et tous portaient la marque impie du prince Tyran. Lorsque le juste répand la mort, il est en droit de s'interroger sur la justesse de ses actes. Mais infliger le trépas de ceux que le Miséricordieux a désigné comme Abominations demeure un geste pieu, à la gloire de Stendarr et à celle des âmes délivrées de la corruption.

    Pour autant, n'est-elle plus une brebis du troupeau, celle qui s'en est éloignée ? N'y a t-il nulle mesure, prise à l'aulne de la compassion du Miséricordieux, qui puisse ramener l'égaré sur les sentiers de Lumière ?
    Au sens de la sainte justice, le croisé doit sans cesse distinguer le bon coupable du mauvais juge, et son courroux se doit de rester le bouclier des faibles, avant d'incarner l'arme du zélé bourreau.

    J'ai juré de débarrasser Tamriel des Abominations, et mon glaive demeure le vecteur infaillible de la Lumière de Stendarr, au nom de l'Ordre mais aussi de tout ce qui est saint, tout ce qui est pur, et tout ce qui est innocent. Pourtant, hui je pense ne jamais être débarrassé de cette profonde angoisse de percevoir l'innocence rejaillir de celui que j'extermine, à l'heure où il expie sa corruption.

    Il me fallu chevaucher une journée pour rallier l'Ordre. J'eu reçu les félicitations de mes pairs, mais point de lauriers, point de cérémonies ni de récompenses. Nous étions là à mille lieux des avares groupuscules qui n'agissent que dans le but de voir l'importance de leur nom grandir. Pour honorer notre divin Stendarr, nous avions choisi de ne point amasser les trésors, ni même la gloire. Nous incarnons la Lumière au plus proche de l'obscurité. Notre foi réside dans notre quête perpétuelle, aussi, nous n'avons nulle nécessité de quitter la pénombre. Nous vivons, nous nous battons et nous mourrons au bénéfice d'un monde purgé, sanctifié. Et il le sera pour tous, ou ne le sera pour aucun de nous. 





    À suivre...
    avatar
    Estebrand

    Joueur : @Estebrand

    Pj n°1 : Estebrand Thyssen
    . . : 205 . . : populaire

    . . : Templier de Stendarr

    Re: [Archive] Chroniques d'un Templier

    Message par Estebrand le Lun 18 Jan - 9:39

    Sundas 17 Primétoile 584, Abondance


    Sundas 17 Primétoile 584, Abondance





    Le Miséricordieux est un refuge pour l'opprimé, Un refuge au temps de la détresse.
    Ceux qui connaissent ton nom se confient en toi. Car tu n'abandonnes pas ceux qui te cherchent, ô Stendarr!
    Chantez au Miséricordieux, qui réside en Aetherius, Publiez parmi les peuples ses hauts faits!
    Car il venge le sang et se souvient des malheureux, Il n'oublie pas leurs cris.
    Aie pitié de moi, Stendarr! Vois la misère où me réduisent mes ennemis, Enlève-moi des portes de la mort,
    Afin que je publie toutes tes louanges au travers du Mundus, Et que je me réjouisse de ton salut.






    Ce soir, j'écris à la lumière d'une chandelle, car celle de mon cœur est vacillante. Nous sommes bien arrivés à Abondance, et avons rallié l'orphelinat... Néanmoins, nous n'avons en rien su résoudre leurs problèmes.

    Sire Cyrus, Sire Eirnstad et Sire Golt m'ont accompagné pour mener l'enquête. Cyrus et Golt ont sécurisé le périmètre pendant que Eirnstad et moi fouillions l’intérieur de l'orphelinat. J'ai d'abord descellé la trace de la nécromancie en ces lieux. Un jeune enfant m'a ensuite confié avoir été visité trois soirs par une mystérieuse Dame en noir. Son implication ne fait aucun doute...

    Eirnstad a finalement trouvé un sceau de protection, caché sous le lit du petit Samuel. Nous avons dû joindre nos forces pour le dissoudre, et ce ne fut guère aisé. L'exorcisme nous ayant quasiment vidé de nos réserves magiques. L'enfant, qui nous avait épié au travers d'un trou de serrure se prit soudain de spasmes et convulsions, pour laisser parler notre véritable ennemie au travers de sa bouche innocente. Une voix aussi suave que salit par l'abject... Une voix que je connaissais, pour l'avoir déjà entendu et défié, après avoir mis au sol un des adorateurs de Méphala qui avait sévit en Haute-Roche.

    Ses provocations à mon encontre et la présence d'un tabard de Thyssen sur les lieux de l'attaque ne laissaient plus de place au doute : Tout ceci était une affaire personnelle.

    Golt est de garde. Cyrus dort déjà. Eirnstad n'est pas encore rentré de la taverne où nous avons fait copieuse ripaille pour nous remettre d'aplomb... Et moi, je ne parviens à fermer l'oeil, n'ayant de cesse de me répéter que des enfants ont été pris pour cible par ma faute.

    Il en va de mon devoir que de leur rendre justice.


    Dernière édition par Estebrand le Ven 22 Jan - 12:21, édité 1 fois
    avatar
    Estebrand

    Joueur : @Estebrand

    Pj n°1 : Estebrand Thyssen
    . . : 205 . . : populaire

    . . : Templier de Stendarr

    Re: [Archive] Chroniques d'un Templier

    Message par Estebrand le Ven 22 Jan - 12:19

    Fredas 22 Primétoile 584 2E

    Fredas 22 Primétoile 584 2E,
    Quelque part au cœur de la baie d'Iliac





    Stendarr! J'élève à toi mon âme.
    Divin miséricordieux! En toi je me confie: que je ne sois pas couvert de honte! Que mes ennemis ne se réjouissent pas à mon sujet!
    Tous ceux qui espèrent en toi ne seront point confondus; Ceux-là seront confondus qui sont abominations sans cause.
    Stendarr! Fais-moi connaître tes voies, Enseigne-moi tes sentiers.
    Conduis-moi dans ta vérité, et instruis-moi; Car tu es le Divin de mon salut, Tu es toujours mon espérance.
    Stendarr! souviens-toi de ta miséricorde et de ta bonté; Car elles sont éternelles.
    Ne te souviens pas des fautes de ma jeunesse ni de mes transgressions; Souviens-toi de moi selon ta miséricorde, A cause de ta bonté, ô Stendarr!









    Nous voguons, en revenance de Sentinelle, sur la frégate de la capitaine Kelter. Mes compagnons semblent avoir trouvé le repos, mais je ne le puis, pas sans réponses à mes interrogations et mes doutes.

    Hier, nous avons secouru un innocent, retenu captif par des scélérats au coeur d'une antique ruine dwemer. Il nous est apparu que le talent de cet homme avait causé sa perte, ses geôliers étant ambitieux d'exploiter ses mains et ses sciences.
    L'homme est un serrurier comme nous n'en trouvons plus. Aussi, les motivations de ces malfrats étaient probablement criminelles. Mais nous n'en saurons rien. Dans notre hardiesse mes camarades et moi les avons tous occis. Tous sauf un. Le bougre a fuit devant notre détermination. Aussi je regrette d'avoir repris la mer. Blessé comme il l'était, il a du chercher à regagner une bourgade pour se soigner. J'aurais dû le prendre et tenter de percer le mystère de cet enlèvement...

    Je regarde autour de moi et semble être le seul attristé de ne pas avoir résolu le fond du problème. La Capitaine Kelter semble se contenter d'avoir secouru l'otage, tandis que mes compagnons d'armes sont simplement fort aises d'avoir reçu leur solde. Ils l'ont mérité après tout.

    Les cavités dwemer nous ont réservé plusieurs surprises. De sphères articulées à gardiens géant, ce n'est pas l'action qui nous a manqué. Je pense même que nous avons pris de gros risques en affrontant les renégats dans cet étroit corridor, assaillis de part et d'autres, que nous étions.
    Cependant nous n'avons point failli, et nous ne nous sommes point découragé, malgré les blessures et les assauts manqués. Notre sens de l'équipe et notre volonté à vaincre nous a offert la victoire, non sans payer un léger tribut.
    Je ne serai pas contre repartir en mission aux côtés de ces braves compères. La finesse leur fait parfois défaut, et ils sont souvent trop imprudents... Mais ils ont du cœur.

    Note pour moi même : Penser à faire traduire cet ouvrage sur la forge dwemer que j'ai pu trouver, à la guilde des mages de Haltevoie.
    avatar
    Haltevoie

    Membres du Staff : MoiTakeoDalanor

    Re: [Archive] Chroniques d'un Templier

    Message par Haltevoie le Mar 26 Jan - 10:44


    Estebrand gagne :


    • [+10 points d'influence]


    Pour avoir rédiger ses pages de chroniques. Cette réflexion sur ses actions passées lui permettent d'agir avec plus de discernement, lui faisant gagner en prestance lorsqu'il parle avec des habitants de Haltevoie.
    avatar
    Estebrand

    Joueur : @Estebrand

    Pj n°1 : Estebrand Thyssen
    . . : 205 . . : populaire

    . . : Templier de Stendarr

    Re: [Archive] Chroniques d'un Templier

    Message par Estebrand le Mar 26 Jan - 13:41

    Tirdas 26 Primétoile 584 2E



    Stendarr renverserait-il le droit? Le Miséricordieux renverserait-il la justice?
    Si nos frères ont péché contre lui, Il les a livrés à leur péché.
    Mais nous, si nous avons recours à Stendarr, Si nous implorons sa miséricorde;
    Si nous sommes justes et droits, Certainement alors il veillera sur nous, Et rendra le bonheur à notre innocente demeure;
    Nos anciennes prospérités sembleront peu de chose, Celle qui nous sont réservées seront bien plus grandes.
    Interrogeons ceux des générations passées, Soyons attentifs à l'expérience de leurs pères.
    Car nous sommes d'hier, et nous ne savons rien, Nos jours sur Nirn ne sont qu'une ombre.


    Voilà que mes amis s'en sont allés. Il est tard, ou alors très tôt, je ne le sais plus... Cela dit, le sommeil continue de me faire défaut, alors me voilà couchant ces quelques lignes.

    Comme nous nous en doutions tous, mon appel a été pris pour une volonté d'insurger les citoyens. Peu à peu, les barrages à la Lumière se dresse, comme calfeutrant les injustices dans un cocon bien gardé.
    Grégory Malicorne ne s'est pas manifesté. Il a préféré dépêcher une garde totalement aliénée pour tenter de m'intimider, dans un premier temps, en évoquant les représailles de personnes hautes placées que je pourrai subir, puis en me martelant la tête de cette idée saugrenue, que oui, les sentences et jugement dispensés sous la tutelle de Malicorne étaient équitables et justes.

    Équitables... Aillayasha a été violentée avant même que sa culpabilité ne soit avérée. Elle était tellement affaiblie au cours de son procès qu'elle s'endormait debout, complètement inapte à se défendre.

    Justes... L'enfermement avant même que le procès n'ait lieux... Et puis, depuis quand la magistrature use t-elle d'une instance réservée aux crimes pour dispenser de la basse justice, qui relate des délits ?

    Gregory Malicorne voulait clairement marquer les esprits en usant d'une répression violente et sans appel. Même si la volonté sous-jacente peut trouver du sens, le moyen lui demeure abjecte et totalement inadéquate à un processus juridique, sensé être égalitaire et immuable.  

    Sa sœur le défend de ses vices... Mais si je reste ferme quant à mon opinion sur son office, je ne doute pas que l'homme ait peut être agit trop prestement, avec trop peu de moyens, et beaucoup trop de surmenage.
    Me voilà lui chercher des circonstances atténuantes... Je crois que l'esprit excessivement prompt à la concession de la prêtresse Lianne est en train de déteindre sur moi.

    Peut être ai-je effectivement parlé trop vite, trop fort. Mais si la magistrature, celle la même qui légifère sur nos lois et a tout droit d'enfermer ses citoyens dès que ceux ci les accusent de vices dans l'exécution de leurs charges... Qui peut alors changer les choses quand celles-ci vont mal ?




    avatar
    Estebrand

    Joueur : @Estebrand

    Pj n°1 : Estebrand Thyssen
    . . : 205 . . : populaire

    . . : Templier de Stendarr

    Re: [Archive] Chroniques d'un Templier

    Message par Estebrand le Ven 18 Nov - 12:07


    Fredas 18 Sombreciel 584 2E

    Voilà bien des lunes que je n'avais point rouvert ce journal. L'encre que je laisse couler ce soir est celle de l'inquiétude. C'est sans doutes ces tourments là qui m'emmènent à de nouveau écrire ici.

    Après mon affectation sur le front de Cyrodiil puis ma campagne en Fendretour, me voilà de nouveau dispenser les bonnes grâces du vénérable Stendarr sur les âmes souffreteuses de Haltevoie. Le mal rôde ici. Sa sombre et lourde présence charge mon cœur d'un amer sentiment belliqueux. Lorsque la nuit point et que je ferme les yeux, je ne parviens pas à cesser de mirer les ténèbres qui m'entourent. Et, parfois, je me prends à me réveiller en serrant sous ma dextre la garde de mon épée.

    Dès mon retour en l'anceisurale cité, j'ai pu côtoyer les pourceaux d'Oblivion envoyé ci en quêtes d'âmes à tourmenter. Serviteurs, morts-vivants, vampires, daedroth... Autant d'êtres abjectes que je me suis adonné à combattre en si peu de temps, et pourtant, je ne peux voir que l'ombre de Son visage, l'écho sardonique de Sa voix aussi suave qu'impie... Méphala.

    Elle tisse sa toile tout autour de Haltevoie. Je peux sentir sa présence, je peux voir ses fils de soie nous entourer peu à peu. Une nouvelle foi Stendarr éprouve ma foi en me plaçant encontre les projets de cette princesse vicelarde. Et je ne décevrai pas le Miséricordieux. Ainsi je demeurerai l'écu des faibles et déjouerai les plans machiavélique de cette peste vénéneuse.

    Je dois poursuivre l'enquête, qui me tend inlassablement à fouiller les égouts de la ville. Je sais que je n'y ferai point de rencontres heureuses, et que le combat contre les Abominations qui s'y terrent s'avérera hardi. Cependant, je n'ai aucune nouvelle de Yslain, et bien encore moins du Maître Alphonzo... Je ne peux pas attendre éternellement une décision en provenance de la Congrégation... Il est temps maintenant de prendre les choses en main : Je vais dresser une unité moi même et affronter cette menace jusqu'à son éradication ou que je ne tombe au combat.

    Stendarr reconnaîtra les siens.

    Contenu sponsorisé

    Re: [Archive] Chroniques d'un Templier

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 17 Aoû - 23:22